Chiffres

Données épidémiologiques sur les IST/VIH/Sida en Algérie

Depuis la notification obligatoire des cas en 1990, l’Algérie a une épidémie d’ampleur modéré, et de type concentré. Selon le rapport national de la riposte, en 2021, le nombre estimé de PVVIH (adultes et enfants) est de l’ordre de 21 000 personnes (91% sont dépistées et connaissent leur statut sérologique, 82% sont sous traitement ARV)

Dont 9 300 femmes et près de 1400 enfants de moins de 15 ans parmi lesquelles 2000 nouvelles infections dont près 500 enfants.

Par ailleurs, on note seulement un taux de 16 % des femmes ayant besoin d’une couverture ARV pour l’eTME et un taux de 24.94% de la transmission verticale finale selon le rapport de la riposte - ONUSIDA 2021.

 

Le taux de prévalence dans la population générale reste faible et inférieure à 0.1%.Même si par ailleurs la prévalence reste faible dans la population générale, l’étude MICS réalisée en 2020 révèle des situations préoccupantes. Par exemple seulement 10,4% des femmes de 15-24 ans identifient correctement les moyens de prévenir la transmission sexuelle du VIH et qui rejettent les principales idées fausses sur la transmission du VIH avec des situations n’atteignant pas 6% dans le Haut Plateau Est, le Haut Plateau Ouest et le SUD. Quant au pourcentage de femmes âgées de 15-49 ans qui ont eu un test de dépistage du VIH durant les 12 derniers mois et qui connaissent leur résultat il est estimé à 2,7%[1].

Par ailleurs, cette faible prévalence cache des disparités disproportionnées chez les populations clés et vulnérables (PCV) notamment chez les Professionnelles du sexe (PS), les Hommes ayant des rapports sexuels avec les Hommes (HSH), les Consommateurs de Drogue Injectable (CDI) et les Migrants (es). En effet, les études IBBS réalisées, en 2019 avec l’appui du Fonds Mondial (FM), ont révélé des prévalences 72 fois plus élevée que la population générale chez les PS (7,21%) et 23 à 22 fois plus élevées chez les HSH (2,3%), les CDI (2,2%) et les migrants (es) (2,2%). Chez les migrants (es) elle est 5 fois plus élevée chez les femmes que les hommes (5,83% vs 1,42%)[2].

En Algérie, l’estimation des tailles des populations clés réalisée en 2019 avec l’appui du FM, relèvent que les HSH sont estimés à 90369, les PS à 33145, les CDI à 16836 et les migrants (es) à 19173. avec des couvertures extrêmement faibles. En effet, 86 662 HSH, 27 851 PS et 16191 CDI n’ont pas bénéficié de test VIH soit respectivement 94%, 79% et 95% en 2019[3].

 

[1] MICS 2019 - MSPRH

[2] PNS IST/VIH/sida 2020-2024

[3] DZA-H-MOH_Progress Report_2019_

NOUS CONTACTER

SUIVEZ NOUS

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez rien de notre actualité.

NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter Pour recevoir les dernières informations.